jeudi 18 janvier 2018

La Juste Route : "Se souvenir est un acte militant" - Interview de Ferenc Török

"Avec "La Juste Route", Ferenc Török s'intéresse à un épisode oublié de l'après-guerre, le retour des Juifs hongrois dans leurs foyers. Rencontre avec un réalisateur qui n'oublie pas le passé...

AlloCiné : La Juste Route parle d'un moment douloureux de l'Histoire hongroise. Pourquoi avez-vous choisi ce sujet ?
Ferenc Török : Tout d'abord je suis tombé amoureux de la nouvelle "Homecoming" de Gabort T. Szanto, puis mon intérêt pour le sujet est apparu. L'année 1945 est certainement le sujet le moins traité et le moins discuté de notre histoire. J'ai beaucoup réfléchi sur ce qui s'est passé après la guerre et l'Holocauste. C'est une partie oubliée de l'histoire hongroise. Il s'agissait d'enterrer les secrets et d'accepter ce qui c'était produit. Mon intérêt se portait aussi sur la question de savoir pourquoi il fut possible qu'un pays ayant vécu l'Holocauste puisse être occupé juste après par une autre puissance. Et aussi montrer que ce ne fut pas une année si positive, contrairement à ce que le régime communiste disait." La suite sur allocine.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire