mercredi 3 janvier 2018

George Soros, une influence qui dérange

"En Hongrie, son pays natal, le «mondialiste» financier est attaqué frontalement par le dirigeant «illibéral» Viktor Orban. Il lui reproche son activisme politique, via sa fondation.
A la nuit tombée, les lampadaires de Pest baignent les trottoirs d’une lueur brunâtre. Un monument flambant neuf s’offre au regard des touristes dans l’ancien quartier juif qui s’étend au-delà du Danube sous les contreforts de Buda. Coulé dans un bronze noir et encore luisant, l’archange Gabriel tend un orbe à un aigle griffu et menaçant. Les lettres gravées dans le chapiteau en similimarbre qui surplombe l’installation commémorent «les victimes de l’occupation».
Sur l’esplanade, des dizaines de photos et de lettres ont été accrochées à la chaîne qui protège la sculpture. Ces témoignages et ces images jaunies agrandies à la photocopieuse ne sont pas qu’un hommage aux disparus. Elles expriment la colère de nombreux Hongrois contre le gouvernement du premier ministre Viktor Orban qui a fait ériger le monument à la sauvette et sans consultation en juillet 2014." La suite sur bilan.ch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire