samedi 10 décembre 2016

17 juillet 1973

par
"Après une escale à Prague je débarquai à Budapest dans le no man’s land, le désert mental que je ressentais chaque fois que j’arrivais dans un nouveau pays : le temps de parcourir le trajet entre la sortie de l’avion et la sortie de l’aéroport.
Le temps où les dernières impressions de l’endroit que l’on quitte doivent laisser la place aux premières impressions de l’endroit que l’on trouve. Un moment de vide, d’attente, d’insécurité et d’excitation. J’étais d’autant plus perplexe que je ne savais pas où j’arrivais, qui j’allais rencontrer, comment je reconnaîtrais les personnes qui m’attendaient. Et pourtant confiante, surtout confiante en moi-même et optimiste, j’avançais avec assurance entre les deux rangées de militaires armés de leur kalachnikov." La suite sur hu-lala.org

1906, gay happy end à Budapest

"Outre ses qualités propres, Imre, sous-titré Pour mémoire, est un document dans l’histoire littéraire de l’homosexualité. Paru en 1906, il est le premier roman américain mettant en scène une histoire d’amour entre hommes avec happy end. Son auteur est (sous le nom de Xavier Mayne) Edward Irenæus Prime-Stevenson, né en 1858 et mort en 1942, type même du «gentleman homosexuel de la Belle Epoque», écrit Jean-Claude Féray dans sa présentation qui précise que cet héritier voyageur «fut un observateur privilégié de la prostitution masculine en Europe»." La suite sur liberation.fr

Roues libres - Le gagnant du festival d’Arras « Roues libres » sortira dans nos salles le 15 février 2017

" « Roues libres », du réalisateur Hongrois Attila Till, sortira dans les salles françaises le 17 février prochain. Ce petit chouchou du festival d’Arras a remporté pas moins de trois prix cette année, à savoir le Prix du Public, le Prix Regards Jeunes et le Coup de Cœur du Jury. Le film représentera également son pays pour la cérémonie des Oscars 2017." La suite sur justfocus.fr

Les multiples confusions de langue de Sándor Ferenczi et leurs destins dans la pensée psychanalytique

Cet article explore à partir d’un modèle de lecture poststructuraliste la communication de Ferenczi publiée sous le titre « Confusion de langue entre les adultes et l’enfant ». En se focalisant de prime abord sur la structure close du texte, l’auteur dégage deux types de confusion de langue étroitement liés : entre les adultes et l’enfant et entre l’analyste et l’analysant. En inscrivant le manuscrit par la suite dans la biographie de Ferenczi, il le relie au multilinguisme de ce dernier en plaidant en faveur des ressorts autobiographiques des conceptualisations psychanalytiques. Cette inscription dans l’histoire permet également de situer le texte dans un contexte de confusion de langues métapsychologiques – celle entre Freud et Ferenczi –, ainsi que de cerner l’influence des idées ferencziennes dans la postérité psychanalytique.

Psychologie clinique et projective
2016/1 (n° 22)
  • Pages : 328
  • ISBN : 9782749253527
  • DOI : 10.3917/pcp.022.0069
  • Éditeur : ERES
Source : cairn.info

Dezső Kosztolányi - Une famille de menteurs et autres nouvelles


EAN13 9782366242430
ISBN 978-2-36624-243-0
Éditeur Cambourakis
Date de publication 11/2016
Collection CAMBOURAKIS TEX
Nombre de pages 144
Dimensions 17 x 11 x 1 cm
Poids 100 g
Prix : 10 € 
Source : leslibraires.fr

L’inquiétante étrangeté et l’humour noir de trois auteurs hongrois

"Deux maisons d’édition, Cambourakis et Vagabonde, invitent le lecteur à découvrir une nouvelle constellation littéraire magyare.
En lisant Dezsö Kostolanyi, Péter Hajnoczy et Adam Bodor, trois auteurs hongrois dont des traductions viennent de paraître, on découvre un imaginaire magyar à la fois comique et grinçant. Jugez plutôt.
La vie selon Kosztolanyi
Le premier janvier 1935, peu avant sa mort, Dezsö Kosztolanyi (1885-1936) écrit son acte de foi: «Tout ce que je désire, c’est de ne pas confondre mon grand objectif, consistant à saisir la vie, avec les grands mots; que mes mots sachent rester humbles et modestes jusqu’au bout, expressifs et suggestifs comme l’herbe et la fleur qui n’ont rien d’autre à dire sinon qu’elles vivent, qu’elles vivent et puis c’est tout.»" La suite sur letemps.ch

Hongrie. Soixante ans après, le “bain de sang” de Melbourne

"Le 6 décembre 1956, les sélections magyare et soviétique de water-polo en viennent aux mains lors d’une demi-finale olympique hantée par le spectre de la révolte anticommuniste écrasée un mois plus tôt à Budapest. La presse hongroise revient sur cet affrontement sportif hors du commun.
Boros, Gyarmati, Hevesi, Bolvári, Markovits, Jenei, Kanisza, Mayer, Kárpáti, Szivós, Zádor. Ces noms n’évoquent rien en France, mais les Hongrois âgés et/ou férus de water-polo seraient capables de les citer presque tous de tête. Surtout le dernier de la liste. Car Zádor est devenu un mythe quand il a reçu un coup de poing du Soviétique Prokopov, agacé d’être traité de “perdant”. Pour l’opinion publique de l’époque, son visage en sang a incarné la souffrance des insurgés de Budapest." La suite sur courrierinternational.com

vendredi 9 décembre 2016

Du grabuge à l’usine Mercedes de Kecskemét

"La version originale de cet article a été publiée le 26 novembre 2016 dans Vasárnapi Hírek sous le titre Nálunk háborúznak a németek (Un terrain de bataille allemand). La traduction en français a été réalisée par Paul Maddens.
 
Fin novembre, des ouvriers de l’usine Mercedes à Kecskemét ont débrayé quelques heures, mécontents des faibles hausses salariales.
Mercredi à l’aube, près de cinquante Mercedes de moins sont sorties des ateliers de l’usine de Kecskemét (85 kilomètres au sud de Budapest, en direction de la frontière serbe) en raison d’une grève de deux heures des ouvriers de la 3e faction de l’usine. Une soixantaine d’ouvriers a cessé le travail, principalement dans l’atelier de montage, ralentissant la ligne de production presqu’au point de l’arrêter. Quand tout va bien, l’usine assemble trente-cinq voitures à l’heure. Lors du débrayage, seules vingt l’ont été." La suite sur hu-lala.org

Hongrie: les prix à la consommation 1,1% vs. 1,2% Prévision

"L’indice des prix à la consommation en Hongrie a progressé moins que prévu au dernier trimestre, d’après des chiffres officiels publiés jeudi.
Selon le Bureau Central des Statistiques hongrois, ce chiffre a progressé de 1,1%, contre 1,0% au trimestre précédent.
Les analystes tablaient sur un résultat de 1,2% au dernier trimestre." Source : investing.com

Hongrie: controverse autour de chèques cadeaux à destination des retraités

"En Hongrie, le gouvernement a décidé de gâter les retraités pour Noël. Il va leur offrir 10 00 forints, soit l’équivalent de 30 euros. Une somme non négligeable, car la pension de certaines personnes âgées ne dépasse pas 180 euros par mois. Un cadeau qui n’a rien d’exceptionnel en cette saison. Mais il suscite une controverse." A écouter sur rfi.fr

Hongrie : le nouvel eldorado des Français pour les soins dentaires

"En France, se faire implanter des prothèses dentaires coûte cher. De plus en plus de patients choisissent donc de se faire soigner à l'étranger. La principale destination, c'est la Hongrie, avec des soins deux à trois fois moins chers.
Accueil personnalisé dès l'aéroport, Françoise Merlo ne vient pas à Budapest (Hongrie) en touriste, mais pour d'importants soins dentaires. Un premier séjour d'une semaine soigneusement planifié par internet depuis la France. Après un bref aperçu des merveilles de la ville, demain, elle commence la reconstruction de ses deux mâchoires avec une greffe osseuse. Dans quelques mois, elle recevra quatre implants." La suite sur francetvinfo.fr

J.O. - Los Angeles, Budapest et Paris accèdent à l’étape 3 de la procédure de candidature

"Frank Fredericks, président de la commission d’évaluation du CIO pour les Jeux Olympiques de 2024, a présenté à la commission exécutive réunie à Lausanne un rapport d’avancement sur l’étape 2 de la procédure de candidature consacrée à la gouvernance, aux aspects juridiques et au financement des sites.
Il n’a été relevé à ce stade aucun problème majeur qui justifierait qu’une ville en particulier ne passe pas à l’étape suivante. En conséquence, la commission exécutive a confirmé que les trois villes candidates (Los Angeles, Budapest et Paris) passeraient maintenant à l’étape suivante de la procédure de candidature." La suite sur olympic.org

Un musée à la mémoire d'Houdini à Budapest

"Houdini, magicien de légende, aurait apprécié ce tour de passe-passe: une bible lui ayant appartenu il y a plus d'un siècle a resurgi à Budapest, sa ville natale, où un passionné ressuscite dans un musée la mémoire du roi de l'évasion.
Au début du XXe siècle, magie rimait déjà avec Harry mais ce n'était pas Harry Potter qui fascinait alors les foules.
Harry Houdini était l'illusionniste que l'Europe et les Etats-Unis s'arrachaient, fascinés par son art de «l'escapologie»: menottes, verrous, chaînes, malles, camisoles, aucune entrave ne lui résistait.
Quatre-vingt dix ans après sa mort, Budapest, où il est né avant d'émigrer aux États-Unis avec sa famille, compte enfin un lieu dédié à ses mille et uns exploits.
En juin, David Merlini a ouvert le premier musée européen consacré au «prince des airs», pour faire partager sa fascination au grand public. Cet Italo-Hongrois de 38 ans en rêvait depuis des années." La suite sur lapresse.ca

Concert en sol majeur à l’Académie de Musique de Budapest... ...une soirée revigorante.

Par Pierre Waline
"L’idée de réunir dans un même concert des oeuvres de même tonalité n’est pas nouvelle. Telle cette soirée à laquelle il m’avait été donné d’assister voici quelques années sur le thème „Mozart en ré mineur”. Une tonalité sombre comme l’illustre son Requiem qui était entre autres inscrit au programme.. (1). Cette fois-ci, c’est la tonalité du sol majeur qui était retenue lors d’un concert donné à l’Académie de Musique de Budapest par les membres de l’orchestre de chambre Franz Liszt, accompagnés de Péter Frankl au piano. Au programme, rien moins que les trois géants de l’école classique viennoise: Haydn (88ème symphonie), Mozart (17ème concerto) et Beethoven (4ème concerto). A l’opposé du ré mineur, le sol majeur est une tonalité claire, rafraîchissante, particulièrement bienvenue pour vous rasséréner en ces froides et sombres journées d’hiver..." La suite sur francianyelv.hu

Les noms des artistes et les chansons de l'A dal 2017 viennent d'être annoncés

"La conférence de presse de l’A Dal 2017 s’est tenue aujourd’hui. Cette réunion a révélé les noms de tous les artistes participants à cette sélection, ainsi que les chansons.
Voici la liste des participants de cette édition de l’A Dal 2017 :" La suite sur planeteurovision.ch

Béla Tarr: "Au début, pour moi, le cinéma était juste un moyen de changer le monde"

"FIFM - Depuis le début du festival international de Marrakech, le président Béla Tarr, s'est illustré comme étant un homme de peu de mots. Le réalisateur et scénariste hongrois, qui a raccroché la caméra depuis 2011, nous a reçu dans les jardins de la Mamounia, derrière ses éternelles lunettes de soleil. Le réalisateur notamment de "Damnation", "L'homme de Londres" et "Le cheval du Turin » (son dernier opus sorti en 2011) est revenu avec nous sur son style cinématographique si singulier, son école de cinéma à Sarajevo ou encore les raisons pour lesquelles il a choisi de devenir réalisateur.

« Un film était le moyen de répondre à mes questions" La suite sur huffpostmaghreb.com

jeudi 8 décembre 2016

Roues libres Film hongrois de Attila Till 13 décembre 2016 à 22h Louxor-Palais du cinéma

Louxor-Palais du cinéma | 170 boulevard de Magenta, 75010 Paris
Réservations : www.cinemalouxor.fr | +33 1 44 63 96 96
Un thriller plein d’énergie et d’humour avec des tueurs à gages en fauteuil roulant. Film hongrois de Attila Till, Prix du public du Arras Film Festival.

Roues libres (Tiszta Szívvel), Hongrie, 2016, 1h45, VOSTF
Film de Attila Till avec Zoltán Fenyvesi, Szabolcs Thuróczy, Ádám Fekete, Mónika Balsai
Deux jeunes handicapés, Zoli et Barba, se lient d’amitié avec Ruspaszov, un tueur à gages lui aussi paralysé. Ils s’associent, mais le patron de celui-ci ne veut pas de ces nouveaux criminels en fauteuil roulant. La situation prend alors une tournure inattendue. Un thriller audacieux et jouissif où se confondent avec intelligence le réel et la fiction.
Le Arras Film Festival propose chaque année plus de 80 inédits et avant-premières , notamment une sélection de longs métrages européens. Plus de 40.000 spectateurs ont assisté à la dernière édition (4 au 13 novembre 2016). Le Louxor a la plaisir de projeter en 2 films primés lors de la compétition dont Roues Libres, qui a reçu le Prix du public, le Prix Regards Jeunes, le Prix de la critique et le coup de cœur du Jury Atlas.
Entrée : 9,40€ | 7,80€

Nina Yargekov : «Le revers de la double appartenance est souvent un double rejet»

"L'écrivaine analyse comment notre société perçoit la double nationalité. Interview.
N


La double nationalité, est-ce une tare ou une richesse dans notre société ?
Le revers de la double appartenance est souvent un double rejet. Il y a toujours danger à ce qu’un groupe vous renvoie à cette autre identité. C’est exactement ce qu’exprime Gaël Faye quand il dit se sentir trop blanc au Rwanda et trop noir en France : on n’est jamais ancré quelque part à 100%. Toutefois, l’identité n’est pas figée, il y a celle qu’on choisit et celle que les autres nous renvoient. Dans un monde idéal on pourrait être tout à la fois, on ne serait pas contraint de faire un choix définitif." La suite sur liberation.fr

Anna Stein nous reçoit dans sa galerie dimanche 11 décembre 2016 de 14 h à 19 h

Chers amis, 

Ouverture exceptionnelle du Passage Choiseul

ce dimanche 11 décembre 2016 ! 

Si vous avez envie d'y faire un tour,

je vous y accueillerais avec plaisir

de 14 h à 19 h

Anna Stein
23, passage Choiseul
75002 Paris
Tél : 06 03 69 71 17 95

Métro : 4 septembre ou Pyramides
Bus : 21, 27, 68, 81


La Hongrie rapporte que l’influenza aviaire se répand chez les volailles

" « La Hongrie rapporte que l’influenza aviaire se répand chez les volailles », source CIDRAP News.
L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a publié le 7 décembre un grand nombre de rapports sur l’influenza aviaire en Europe qui comprenaient des informations sur de multiples foyers chez des volailles hongroises, alors que le Japon a déclaré que l’influenza aviaire hautement pathogène a été retrouvé chez 41 oiseaux sauvages." La suite sur amgar.blog.processalimentaire.com

Loiret : Ibiden ne sera pas délocalisé en Hongrie

"L'équipementier japonais Ibiden a abandonné son projet de délocalisation en Hongrie de son usine de Courtenay, dans le Loiret, au terme de cinq jours de grève, a-t-on appris mercredi 7 décembre auprès des représentants syndicaux.
Après cinq jours de grève de la part des salariés de l'usine de Courtenay, Ibiden a abandonné son projet de délocalisation en Hongrie.
Les salariés ont obtenu le maintien en France de la fabrication de filtres à particules classiques jusqu'en 2020. L'équipementier japonais s'est aussi engagé à étudier des solutions alternatives au-delà de cette date, notamment l'adaptation des lignes de production pour fabriquer des produits de nouvelle génération." La suite sur francetvinfo.fr

Meilleur pâtissier 2016 : recette de la Dobos Torta de Mercotte

"C'est l'heure de la grande finale pour les quatre pâtissières encore en lice dans cette saison 5. Et pour l'occasion, Mercotte a déniché une vieille recette hongroise." La suite sur terrafemina.com

L’ambassade de Hongrie sera l'ambassade point de contact de l’OTAN en Azerbaïdjan à partir de janvier 2017

"Bakou, 7 décembre, AZERTAC
Le chef de la diplomatie azerbaïdjanaise Elmar Mammadyarov s’est rendu à Bruxelles afin d’assister à une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN et de ses partenaires sur la mission «Soutien résolu».
En marge de ce déplacement, le ministre azerbaïdjanais Elmar Mammadyarov s’est entretenu avec le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce Peter Siarto au siège de l’OTAN." La suite sur azertag.az

Meet My Hood : Zugló, Budapest

"XIV, le quatorzième arrondissement de Budapest, c'est l'endroit où je suis née et où j'ai passé presque toute ma vie. Pour moi, c'est l'endroit parfait. Mais pour mes amis, c'est juste un coin où il n'y a rien à faire. La question qui fâche : « Alors, t'habites toujours à Zugló ? ». Riposte en visite guidée.
Zugló, c'est le troisième arrondissement le plus important de Budapest, là où l'on trouve les plus grands musées et les plus anciens immeubles : sans parler du City Park, du Zoo, du Capital Circus de Budapest et des vestiges du parc d'attraction.
Je suis très fière d'être de Zugló. C'est un quartier haut en couleurs, où l'on tombe toujours sur quelque chose de totalement inattendu." La suite sur cafebabel.fr

mercredi 7 décembre 2016

Budapest défend un verdict critiqué contre un Syrien

"La Hongrie a fermement défendu mercredi la lourde peine de prison prononcée contre un Syrien domicilié à Chypre pour son rôle dans une émeute entre migrants et policiers, un verdict critiqué à la fois par Washington et Amnesty International.

Ahmed H., 40 ans, a écopé de dix ans de prison la semaine dernière pour "contrainte violente" sur des forces de l'ordre, un crime assimilé en droit hongrois à un "acte de terrorisme". Cette décision a été critiquée mardi par le Département d'Etat américain qui estime qu'elle "repose sur une interprétation large de ce qui constitue le +terrorisme+"." La suite sur lorientlejour.com

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 6 décembre 2016 - Les photos

Présentation du livre "Budapest 1956 : la révolution vue par les écrivains hongrois"






















M4, la quatrième ligne de métro à Budapest

"Le premier tronçon de la nouvelle ligne de métro M4, quatrième ligne de Budapest, a été ouvert ! Indiqué en vert sur les cartes, il couvre 7,4 km du tracé total, prévoit 10 arrêts et passe sous le Danube.
D'ici 2017, deux autres tronçons seront ouverts, dont un de 3,2 km vers la périphérie sud-ouest et l'autre de 2,1 km vers la périphérie nord-est. La ligne compte deux correspondances avec les autres lignes de la ville, à la gare ferroviaire de Keleti avec la ligne rouge M2 et à la place Kálvin avec la ligne bleue M3. L'idée originelle remonte à 1972, mais le projet de tracé et la liste des stations n'ont été mis au point qu'en 1996." La suite sur gotohungary.com

Egg Map, une carte anti-stress pour ne plus se perdre dans la ville

"Dans le cadre de « Carte Blanche », le concours national de cartographie initié par le Premier ministre et le ministère de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, Lumières de la ville s’associe au CGET pour contribuer à l’inspiration de tous les participants. Chaque semaine, jusqu’au 23 décembre, date de fin du concours, Lumières de la ville proposera les plus belles cartes artistiques qui renouvellent notre imaginaire territorial.
Le concours Carte Blanche est ouvert à tous. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site dédié.
En 1974, depuis sa Hongrie natale, Ernő Rubik inventait un casse-tête qui s’est, en quelques années seulement, répandu sur toute la planète. Le Rubik’s Cube devenait mythique. Il y a un an, une autre invention nous venait à nouveau de Hongrie et à l’image de l’invention d’Ernő Rubik, celle-ci aussi tient dans la main !
Cette invention est celle du designer Dénes Sátor, qui a eu l’idée d’imprimer sur une petite balle, le plan intégral de Budapest. Cet objet est une petite balle anti-stress et comme toute balle de ce type, il est possible de la malaxer pour faire passer ses petites ou ses grosses crises de nerfs…" La suite sur lumieresdelaville.net

Un camping-car immobile absolument superbe, nommé Csepellina

"Camping-car immobile? Ce camion de la marque hongroise Csepel, superbement aménagé avec une terrasse de toute beauté, est loué en tant que gîte en Hongrie.
A quoi sert-il de construire un gîte à partir d'un camion, si ce camion ne roule pas? Tout simplement pour rendre hommage à la marque Csepel, constructeur hongrois de camions aujourd'hui disparu. C'est ainsi que Csepellina est présentée sur le blog http://csepellina.blogspot.fr." La suite sur lemondeducampingcar.fr

Des centaines de réfugiés hongrois arrivent à Bière

"Dans la «Feuille d'Avis de Lausanne»
Le 7 décembre… 1956: le canton de Vaud ouvre ses portes à ces migrants fuyant l’invasion soviétique.
En cet automne 1956, 200'000 Hongrois fuient leur pays envahi par l’Armée rouge. L’URSS n’a pas supporté l’insurrection populaire qui a amené des réformistes au pouvoir à Budapest. Pensez donc: ils réclament la sortie du Pacte de Varsovie. Le bain de sang a fait 2500 morts dans la population. La Suisse, comme les autres pays occidentaux, accueille à bras ouverts ces réfugiés considérés comme des «combattants de la liberté»." La suite sur 24heures.ch

Une émission de France Culture dédiée à l’écrivaine Agota Kristof

Dans une émission d’une heure, « France Culture » revient sur le parcours et sur l’œuvre de cette écrivaine hongroise en langue française.
Kristóf Ágota, née en Hongrie en 1935, exilée en Suisse en 1956, décédée en 2011 à l’âge de 75 ans à Neuchâtel. Enfance heureuse dans les années trente dans un petit village de Hongrie proche de la frontière autrichienne où, déjà, elle écrit ses premiers poèmes, en hongrois, sa langue maternelle et la seule qu’elle connaisse.
1956, l’insurrection anti-soviétique, l’exil pour éviter les représailles contre son mari, à 21 ans. Elle traverse la frontière austro-hongroise de nuit, son bébé de deux mois sous le bras : « Ce moment où j’ai perdu une grande partie de ma vie. J’ai laissé en Hongrie mon journal à l’écriture secrète et aussi mes premiers poèmes, mes frères, mes parents, sans prévenir, sans leur dire adieu ou au revoir. Mais surtout ce jour là, ce jour de fin novembre 1956, j’ai perdu mon appartenance à un peuple »." La suite sur hu-lala.org

L'Europe centrale face à l'élection de Donald Trump

Comment les pays d'Europe centrale, traditionnellement atlantistes, ont-ils réagi à l'élection de Donald Trump aux États-Unis ? Alors que ces pays connaissent une poussée des droites ultraconservatrices, voit-on apparaître des dynamiques électorales communes des deux côtés de l'Atlantique ? Débat avec des spécialistes de la Pologne et de la Hongrie.

Hongrie: la production industrielle progresse de 2% en octobre

"La production industrielle hongroise a progressé de 2% en octobre, après une chute conjoncturelle de 3% en septembre, a annoncé mardi le Bureau central des statistiques (KSH) à Budapest.
Le mois de septembre avait notamment été marqué par la transition entre deux modèles dans le site hongrois du fabricant japonais Suzuki, l'un des grands constructeurs établis dans le pays." La suite sur lepoint.fr

L'usine du japonais Ibiden bloquée pour dénoncer une délocalisation en Hongrie

"Des salariés de l'équipementier automobile Ibiden paralysent leur usine de Courtenay (Loiret) car ils redoutent la perte de 174 postes sur 320 d'ici à 2018, et la fermeture du site avant 2020.
L'usine française de l'équipementier automobile japonais Ibiden, à Courtenay, près de Montargis (Loiret), est bloquée depuis le 5 décembre par un mouvement de grève entamé le 2 décembre. Les grévistes craignent le transfert d'une partie de l'assemblage de filtres à particules vers l'usine soeur en Hongrie, entraînant la suppression de 174 postes sur 320 dès 2017. Et la fermeture totale d'ici 2020." La suite sur usinenouvelle.com

mardi 6 décembre 2016

EDF vend sa filiale Demasz à l'Etat hongrois

"L'électricien français EDF a annoncé mardi avoir signé un "accord définitif" pour la vente de sa filiale Demasz à l'entreprise publique ENKSZ, contrôlée par l'Etat hongrois.
La société Demasz "fournit et distribue de l'électricité à 775.000 clients particuliers et professionnels et exploite un réseau de 32.320 kilomètres dans le Sud-Est de la Hongrie", a précisé EDF dans un communiqué." La suite sur lefigaro.fr

Ils recréent un bout de Hongrie à Paris

"Les Mardis hongrois de Paris sont une institution de plus de dix ans. Créés en 2003 par une poignée de Hongrois vivant dans la capitale française et en région Île-de-France, ils sont devenus un rendez-vous régulier de la diaspora magyare mais aussi un lieu de rencontre pour les quelques Français voulant connaître un peu plus ce pays d’Europe centrale. Entretien avec l’un des initiateurs de ce beau projet : Jean-Pierre Frommer.


Pouvez-vous nous dire comment sont nés les Mardis hongrois de Paris ?
Quand on me demande comment sont nés les Mardis hongrois de Paris, je donne invariablement à peu près la même réponse. Mais c’est une réponse qui relève de mon interprétation et l’histoire de cette belle aventure ne peut se résoudre à une simple anecdote personnelle alors qu’il s’agit d’une aventure collective qui puise ses origines au fin fond des plaines d’Europe centrale et d’une époque qu’aucun historien ou préhistorien ne saurait estimer, sans doute la nuit des temps. Il faudrait interroger les témoins et pas seulement l’un de ses fondateurs." La suite sur hu-lala.org

Au-delà d’Ahmed H., battons-nous pour une justice indépendante en Hongrie

Tribune publiée le décembre 2016 dans Kettős Mérce. Traduit du hongrois par Ludovic Lepeltier-Kutasi.
"L’érection d’une clôture à la frontière afin de contenir les éventuels réfugiés de guerre, n’a pas été uniquement conçue pour « défendre la Hongrie ». Sa fonction a également été de créer un terreau favorable pour la propagande gouvernementale contre ces déplacés, de provoquer des remous, et de donner lieu au type de sentence qui a frappé Ahmed H. : dix ans de réclusion et l’interdiction définitive d’entrer sur le territoire hongrois.
Il fallait, dit-on, condamner Ahmed H. à tout prix, car il aurait lancé des pierres sur les policiers – bien qu’il n’y ait aucune preuve que celles-ci aient atteint leur cible, dans la mesure où l’on ne voit même pas sur les enregistrements vidéo ce qu’il a envoyé dans leur direction. Ce même jour à Röszke (le 16 septembre 2015, ndt), il aurait calmé la foule selon certains, encouragé ses compagnons à franchir la frontière selon d’autres." La suite sur hu-lala.org

lundi 5 décembre 2016

Rencontre avec Guillaume Métayer qui présentera - Budapest 1956, La révolution vue par les écrivains hongrois

Mardis hongrois de Paris le 6 décembre 2016 à partir de 20h30 

Brasserie Le Saint-André 2, rue Danton 75006 Paris
Métro - RER station Saint-Michel

Rencontre avec Guillaume Métayer chercheur au CNRS en littérature française et comparée, traducteur de littérature hongroise.

©photo Cyrille Clément

Soirée animée par Catherine Fay traductrice littéraire entre autres de Sándor Marai 

Présentation de l'anthologie dirigée par Guillaume Métayer consacrée à la Révolution de 1956 vue par les écrivains.


Budapest 1956, La révolution vue par les écrivains hongrois
Guillaume Métayer
Éditeur : Du Félin
276 pages
prix: 22 €
paru le 20 Octobre 2016
ISBN: 9782866458522


Pour la première fois, les lecteurs français vont découvrir les récits et poèmes consacrés par quelques-uns des plus grands écrivains hongrois à l’insurrection de 1956, cette grande « révolution antitotalitaire » (Raymond Aron) qui a marqué l’histoire et révélé au monde la résistance des consciences à la tyrannie stalinienne.
Sándor Márai, György Konrád, Ferenc Karinthy, Tibor Déry, István Örkény et tant d’autres, jusqu’aux générations plus récentes comme Krisztina Tóth ou István Kemény, nous font revivre ces quinze jours de liberté folle et de rêves brisés, dans des textes pour la plupart inédits en français. De cette épopée de tout un pays, leurs écrits nous montrent toute la complexité humaine : le lyrisme et le courage, mais aussi les douleurs, les doutes et la mémoire contrariée.
© Du Félin
 
Sommaire
Milan Kundera, Ouverture
Guillaume métayer, Introduction
Gyula ILLYÉS, Une phrase sur la tyrannie
Tamás ACZÉL, L’Histoire d’une villa
Ferenc KARINTHY, L’Âge de fer
László LADÁNYI, Mystère de novembre
György PETRI, Sur Imre Nagy
Erzsébet GALGÓCZI, Piège à loup [Fragment]
György FERDINANDY, Lignes de force du champ magnétique
György KONRÁD, Promenades dans Budapest en 1956
Sándor KÁNYÁDI, Fragment de journal
István ÁGH, Vœux d’octobre
Sándor MÁRAI, Ange issu du ciel
Iván MÁNDY, Cimetières
Tibor DÉRY, L’Heure des comptes
István ÖRKÉNY, Prière
Árpád GÖNCZ, Arrivée à la maison
Krisztina TÓTH, La Clôture
István KEMÉNY, Cinquante-six
Annexes
Éléments de chronologie
Les traducteurs
Cartes
Notices bio-bibliographiques

Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres classiques, Guillaume Métayer est chercheur au CNRS et traducteur littéraire du hongrois et de l’allemand. Il travaille sur la postérité des Lumières en France et en Europe centrale. Il a réuni une équipe de traducteurs pour composer cette anthologie en hommage au soulèvement hongrois de 1956 pour la liberté.
© Du Félin

1956 : quelques jours en novembre un film documentaire de Marc Bessou 8 décembre 2016 à 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

2016 - 52' produit par AB Productions
Dans les premiers jours de novembre 1956, en Egypte et en Hongrie éclatèrent deux très graves crises, mettant en péril l'équilibre mondiale : une offensive militaire des alliés franco-anglais pour reprendre le contrôle du canal de Suez - et une répression brutale par l'URSS pour empêcher les Hongrois de quitter le camp communiste. Ce fut un moment de très grande tension entre les deux blocs et au sein même du camp occidental. Ce film raconte le déroulement simultané des deux conflits et examine leurs imbrications.
La première diffusion du film aura lieu sur la chaîne Toute l'Histoire le 12 novembre à 20h45.
Entrée libre
Réservation obligatoire : accueil@instituthongrois.fr

Gâteaux de Noël marché aux gâteaux avec Kati 17 décembre 2016 de 13h à 21h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Vous ne savez pas encore quelle spécialité sucrée poser sur la table de Noël ? Cette année, goûtez à quelque chose d'unique... Venez choisir parmi la sélection de gâteaux hongrois traditionnels préparés par Kati !
Entrée libre
Précommande de gâteaux : + 33 76 87 08 044

Béla Bartók et Franz Schubert réunis sous la baguette d’Iván Fischer

"Par Pierre Waline
"Bartók et Schubert dans un même programme, voilà qui pourrait a priori surprendre. Et pourtant... pas tant que cela. Dans une vidéo de présentation, le chef Iván Fischer s’en explique, utilisant pour ce faire une de ces images qu’il affectionne. Imaginant un salon où seraient invités les grands de ce monde, il y verrait par exemple un Beethoven ou un Wagner religieusement écoutés sans que nul n’osât les interrompre. Par contre, discrètement et pudiquement retirés dans un coin de la pièce, nos amis Schubert et Bartók. Ceci pour souligner un point commun entre la personnalité des deux compositeurs, malgré les différences de contextes et d’âges: la modestie, la discrétion et une certaine pudeur. Également par leur musique qui ne s’exhibe pas, ne s’étale pas au grand jour.
Au programme de la soirée: Schubert, ouverture de la Harpe enchantée et 5ème symphonie; Bartók, 2ème concerto pour violon et Esquisses hongroises. Le tout dans le charmant cadre Art déco de l’Académie de Musique." La suite sur francianyelv.hu

dimanche 4 décembre 2016

Gotlib, l’auteur de bande dessinée, est mort

"Marcel Gottlieb est mort dimanche à l’âge de 82 ans. Il s’est fait avant tout connaître pour ses histoires humoristiques comme « Gai-Luron » et la « Rubrique-à-brac ».
Marcel Gottlieb, plus connu sous le pseudonyme de « Gotlib », est mort dimanche 4 décembre à l’âge de 82 ans, a fait savoir son éditeur. Il s’est fait avant tout connaître pour ses histoires humoristiques comme « Gai-Luron » et la « Rubrique-à-brac ». « La famille de Marcel Gotlib vient de nous apprendre le décès ce jour de Gotlib », a indiqué Dargaud qui fait part de son « immense tristesse ». « Les millions de lecteurs ayant appris à rire dans les pages de la “Rubrique à brac”, des “Dingodossiers” ou de “Gai Luron” perdent un humoriste fascinant, un dessinateur virtuose, un touche à tout iconoclaste et un ami cher qui parvenait à provoquer le rire à la moindre de ses pages », ont annoncé à l’Agence France-Presse les éditions Dargaud." La suite sur lemonde.fr
"Marcel Mordekhaï Gottlieb est né le 14 juillet 1934 dans le 18e arrondissement de Paris. Ses parents sont des émigrés juifs hongrois. En septembre 1942, la police française vient arrêter son père. Ervin Gottlieb est transféré à Drancy puis déporté au camp de travail et de concentration de Blechhammer. Il survit à l'évacuation du camp lors de la marche de la mort mais est assassiné au camp de concentration de Buchenwald le 10 février 19453. Quelques mois après l'arrestation de son mari, la mère de Marcel, prévenue de la rafle par un gendarme, réussit à le cacher chez des agriculteurs, ainsi que sa sœur. À partir de 1947, il passe trois ans au château des Groux à Verneuil-sur-Seine, sorte d’orphelinat, où il découvre ce qu’il appellera plus tard les « filles du sexe opposé », et notamment Klara, une jeune fille d’origine hongroise. Cette partie de sa vie fait l'objet d'une autobiographie de jeunesse intitulée J'existe, je me suis rencontré." Wikipédia 

L'oeil de Sandor Marai sur les derniers feux de la Mitteleuropa

"La Pochothèque réédite cinq romans du grand écrivain hongrois Sandor Marai, témoin privilégié de la fin d'un monde. A (re)lire absolument. En 1989, le Hongrois Sandor Marai, 88 ans, appauvri et esseulé dans sa maison de Californie, se tire une balle dans la tête. La nuit de plomb stalinienne avait jeté dans les ténèbres cet antifasciste libéral, mis au ban de son pays depuis quatre décennies. Six mois après son suicide, ses concitoyens purent enfin, avec l'effondrement du rideau de fer, redécouvrir ce brillant romancier cosmopolite, encensé en Hongrie avant la Seconde Guerre mondiale.
Membre éminent du lieu de haute civilisation que fut l'empire austro-hongrois à son crépuscule, cet humaniste engagé fut, à l'instar d'un Joseph Roth ou d'un Stefan Zweig, le témoin de ce "monde d'hier", le lumineux observateur des derniers feux de la Mitteleuropa." La suite sur lexpress.fr

« Liberté pour Ahmed » : dix ans de prison contre un Syriano-Chypriote en Hongrie

"Manifestation à Budapest ce samedi : quelques centaines de personnes ont défilé dans le centre de la capitale hongroise pour protester contre une décision de justice prise mercredi contre un Syriano-Chypriote qui a été condamné à dix ans de prison pour son rôle dans des heurts avec la police à la frontière avec la Serbie l’année dernière.
« Le problème de ce verdict c’est qu’ils ont proclamé que les réfugiés sont des criminels. Les réfugiés ne sont pas des criminels, ce sont juste des gens désespérés qui fuient la guerre, » a déclaré un manifestant." La suite sur euronews.com

RITA KORTSHOK - Graphiste, peintre

Rita est originaire de la ville de Marcali, près du lac Balaton, dans le Sud de la Hongrie. Dès l'enfance elle se passionne pour le dessin et la peinture ; à 14 ans elle rejoint l'école des Beaux-Arts de Pécs (Capitale Européenne de la Culture 2010), puis y obtient un diplôme de Management Culturel. Après une première expérience professionnelle d'infographiste freelance (création de logos, affiches, décoration de vitrines, sites web...), elle se consacre entièrement au dessin et suit des cours de perfectionnement technique à Budapest avec Zoltan Schatz, professeur diplômé de l'Université des Beaux-Arts de Florence. Elle y développe son sens de la perfection et du détail, tant au crayon graphite qu'en peinture à l'huile.

A découvrir : le site de Rita Kortshok

 

samedi 3 décembre 2016

Aux bains, à Budapest

"Par Philippe Gustin
Que serait Budapest sans ses bains ? Ce qui est aujourd’hui devenu un argument de vente pour la ville ou des lieux de fête nocturne pour la jeunesse hongroise avait sous l’ancien régime communiste une tout autre connotation.
Aller aux bains relevait en effet d’un rituel à géométrie variable en fonction de votre âge, de votre activité professionnelle ou sportive, de votre quartier, du moment de l’année… Bref, rien n’était dû au hasard, à commencer par le jour et l’heure de la semaine où vous choisissiez de vous rendre aux bains. En effet, mis à part le Gellért et le Széchenyi, les deux bains « modernes » construits à la fin du XIXe et au début du XXe qui étaient ouverts aux hommes et aux femmes tous les jours, les « vrais » bains, hérités des occupations ottomanes qui s’égrenaient côté Buda au bord du Danube ouvraient en alternance à l’exception du Rudas qui n’était réservé qu’aux hommes." La suite sur hu-lala.org

Ouverture du festival du film de Marrakech

"Le cinéma russe sera principalement à l'honneur jusqu'au 10 décembre prochain.
La 16e édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM), s'est ouverte vendredi et rendra jusqu'au 10 décembre hommage au cinéma russe, «l'un des plus riches et prolifiques en Europe», ont indiqué les organisateurs.Le jury, présidé par le réalisateur et producteur hongrois Béla Tarr, qui succède dans ce rôle au réalisateur américain Francis Ford Coppola, est composé notamment du réalisateur danois Bille August, de l'acteur australien Jason Clarke, de l'actrice canadienne Suzanne Clément ou encore de l'actrice indienne d'origine française Kalki Koechlin." La suite sur tdg.ch

La stratégie africaine de la Hongrie

"L’Afrique attire de plus en plus d’acteurs, venus parfois de parties du monde ayant traditionnellement de faibles relation avec le continent. Parmi ceux-ci, la Hongrie. En effet, le gouvernement de Budapest a récemment lancé un programme ayant pour but d’intensifier ses relations avec l’Afrique dans les domaines économiques et diplomatiques. Forbes Afrique s’est intéressé au nouveau tropisme africain de cette nation d’Europe centrale et a interviewé deux personnalités qui dévoilent les contours de la relation entre la Hongrie et l’Afrique.
Entretien avec Maria Sarungi-Tsehai
Maria Sarungi-Tsehai peut être considérée comme une change maker. D’origine hongroise, elle est une personnalité fortement reconnue en Tanzanie avec plus de 196.000 followers sur son compte Twitter. Grâce à elle, plusieurs jeunes femmes ont représenté leur pays au concours  « Miss Universe » ou sont devenues des mannequins de renom tels que Flaviana Matata ou Miriam Odemba. Elle a récemment créé un mouvement citoyen « Change Tanzania ». Aujourd’hui, elle dirige sa compagnie spécialisée en communication.

Ayant une grande expérience de la Hongrie pour y avoir notamment travaillé comme journaliste pour différents médias nationaux, Maria Sarungi Tsehai analyse l’ouverture de la Hongrie vers le marché africain." La suite sur forbesafrique.com

Deux momies âgées de 300 ans découvertes en Hongrie

"Les momies d’une femme et de son enfant, âgées de 300 ans, ont récemment été mises à jour dans une église de Hongrie. Depuis les scientifiques tentent de percer leurs secrets…
Découvertes pour la première fois en 1994 par des archéologues dans des cercueils à l’intérieur d’une crypte d’une église en Hongrie, ces momies interrogent actuellement les spécialistes. Agées de 300 ans, très peu d’informations sont aujourd’hui connues. Cependant, ces deux corps momifiés appartiendraient à une mère de 38 ans, Veronica Skripetz, et à son fils Yohan, âgé d’un an. Selon les premiers éléments, tous deux seraient morts de la tuberculose." La suite sur documystere.com

vendredi 2 décembre 2016

Signature du livre : “Hongrie-l’angoisse de la disparition” Lundi 5 décembre 16h00-20h00 dans la Galerie d’art Lehalle



Chers amis,

Je me permets de vous rappeler la signature de mon livre : “Hongrie-l’angoisse de la disparition” Ed Nevicata- Coll l’âme des peuples. (PJ)

Lundi 5 décembre 2016 16h00-20h00 dans la Galerie d’art Lehalle, 3 rue Augereau, 7e.

Je serais très heureuse de vous y accueillir. Ce petit livre (96 pages) tente de nous rapprocher de ce peuple méconnu ou à tout le moins de mieux le comprendre.

Bien amicalement

Françoise PONS

Pâtisseries de Noël sur le stand hongrois du Marché de Noël 2016 au Rond-point des Champs Élysées


Les gâteaux roulés aux noix et au pavot, les Gerbeaud, les pains de Noël aux fruits sont arrivés. Nous avons du miel extrait maison par centrifugation et des petits gâteaux au miel !!! Les commandes sont nombreuses et si vous souhaitez de vraies friandises hongroises de Noël alors dépêchez vous .😄🎄⛄️🎄⛄️😄
Nous vous attendons avec grand plaisir.

Megjöttek az isteni diós és mákos bejglik, a zserbó, karácsonyi gyümölcskenyér, van kézzel pergetett házi mézünk és mézes puszedlink!!!sok az előrendelésiünk,tehát ha szeretnétek igazi magyar karácsonyi édességeket siessetek...😄🎄⛄️🎄⛄️😄
Nagy szeretettel várunk

Stand ouvert tous les jours de 11 h à 23 h du dimanche au jeudi
et de 11 h jusqu'à minuit les vendredis et samedis